La COP 27 se déroule en Egypte et réveille le combat pour le climat [Actualité]

Affiche sur la COP 27 2022
Affiche sur la COP 27 2022

Agrandir l'image


Cette année, la conférence mondiale de l’ONU sur le climat se passe à Charm el-Cheikh, en Égypte, du dimanche 06 novembre au 18 novembre 2022. Elle a pour but de tenter de donner de nouveaux espoirs concernant la lutte contre le réchauffement climatique et ses impacts. Impacts pour lesquels les pays du Sud réclament même des dédommagements financiers. Cette conférence, organisée par l’ONU qui est déjà la 27ème, regroupe près de 200 pays.

Les objectifs de la COP 27



Tous les chefs d'Etats le savent, aujourd’hui la question du climat est un sujet vital pour la planète et ses habitants. Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, le rappelle « question de vie ou de mort, pour notre sécurité aujourd’hui et pour notre survie demain ». Il continue son discours en étalant les objectifs que les différents gouvernements devraient avoir suite à cette COP 27 : « La conférence doit poser les fondations pour une action climatique plus rapide et plus courageuse, maintenant et pendant cette décennie qui décidera si le combat pour le climat est gagné ou perdu ».
Plus précisément et en chiffres, les émissions de gaz à effet de serre doivent baisser de 45% d’ici 2030, et ce pour avoir une chance de pouvoir limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. C’est un objectif qui a été jugé comme le plus ambitieux de l’accord de Paris mais qui pour beaucoup de pays veulent le surpasser. Mais malheureusement très peu le font réellement.

Les objectifs de la lutte contre le réchauffement climatique jugés trop élevés



Effectivement, une perte d’espoir se fait ressentir face aux objectifs à atteindre. En effet, seules une vingtaine de pays ont relevé les objectifs que la COP 26 a mis en place. Alors peu d’espoir reste donc pour la COP 27 d'après l’ONU qui « ne voit aucune piste crédible » pour tenir l’objectif de 1,5°C. Cela va encore plus loin car c’est une catastrophe a +2,8°C qui est estimée suite à la politique que les gouvernement mènent actuellement. António Guterres déclare que c’est « pitoyablement pas à la hauteur ». D'après lui, le climat a été relégué au second plan suite aux différentes catastrophes auxquelles nous avons fait face tels que l’épidémie de Covid, la guerre en Ukraine ou encore les crises économique, énergétique et alimentaire.

Source : jeuneafrique

Dernière modification : 17/11/2022 - 16:06
Moustafa Morsi

Suggestions